• Le skijoering équestre et le rollerjoering
Le skijoering équestre et le rollerjoering

Le skijoering équestre et le rollerjoering

La glisse et l'étroite complicité avec le cheval. Imaginez du ski, du roller, au bout des rênes sur un chemin de campagn e, en bord de mer, sur un manteau neigeux... Depuis les Vikings, cette activité fleurit dans les pays du Nord. Aujourd'hui elle gagne notre pays et les amoureux de la nature. A la portée de tous ceux qui sont avides de nouvelles sensations, ce livre présente le skijoering, le rollerjoering et les conseils indispensables pour sa pratique. Christian REPAUX est professeur de sport, Instructeur d'Equitation, titulaire de la licence d'enseignement et gestion de l'équitation. Basé dans les Alpes du Sud, il pratique et encadre le skijoering et le rollerjoering depuis plus de 20 ans Extrait du livre : Imaginons un skieur-nautique qui aurait le contrôle total du bateau par lequel il est tracté. Peut-on imaginer la somme de technologies, les adaptations techniques et réglementaires qu'occasionnerait ce type de changement dans les usages de cette pratique. Serait ce possible ou utopique de penser qu'un bolide lancé sur l'eau ne soit piloté qu'à distance par une personne disposant d'une attention partagée entre le contrôle de la vitesse, de la direction de son bateau et le souci de son propre équilibre sur l'eau ? Est ce que ce changement radical apporterait un plaisir supplémentaire pour le loisir ?, est ce qu'il permettrait de mieux juger les capacités tech­niques en compétition ? Le propos n'est évidemment pas de répondre à ces questions, mais si par comparaison nous remplaçons le skieur-nautique par le «skieur-meneur» (personne qui pratique le skijoering) et le bateau par notre équidé, nous sommes dans la logique de la discipline du skijoering. Les questions posées ci-dessus ne nous paraissent plus déplacées et utopiques. L'accès à la pratique autonome, c'est-à-dire sans personne exté­rieure qui contrôle le cheval (cavalier ou personne à pied), représente tout l'intérêt de la discipline. Il s'agit pour le skieur-meneur d'obtenir la pleine complicité de sa «monture» pour se faire comprendre à distance. Ce désir impérieux de complicité avec son cheval ou poney doit d'ailleurs animer tout skieur-meneur. Quand l'imaginaire devient réalité Galoper avec un cheval est le rêve de tous, ce sentiment de liberté et d'évasion n'est possible sans une période d'apprentissage parfois jugée trop longue et contraignante. C'est de la difficulté d'adapter nos com­portements innés de piéton en des comportements appris de cavalier que naît en partie la complexité des activités équestres montées. Avant-propos Voir la suite

  • 2702514863

  • Lavauzelle